Dominique Nouvian mêle business et philanthropie

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Dominique Nouvian est devenue une personnalité publique après avoir été élue meilleure femme d’affaires de l’an 2000 par la société Star Group. Deux ans auparavant, elle imposait la franchise Jacques Dessange sur le marché US et créait la fondation Children of Africa…

Lors de l’Africa CEO Forum, le Premier Ministre ivoirien Daniel Kablan Ducan a annoncé vouloir bouleverser le classement Doing Business de la Banque Mondiale. Une ambition qui résume bien la nouvelle donne de la croissance mondiale et qui prouve aussi l’importance du continent africain. Dominique Nouvian est depuis longtemps persuadée que ce continent est voué à jouer un rôle déterminant au cours des prochaines décennies…

Après avoir lancé sa société d’immobilier à Paris, elle fait d’ailleurs de nombreuses acquisitions dans des grandes métropoles comme Abidjan ou Libreville. Très implantée sur place, elle a même été élue Présidente d’Honneur de la Chambre Syndicale des Agents Immobiliers de Côte d’Ivoire en 1989.

Mais la carrière de Dominique Nouvian prend véritablement une autre dimension au moment où elle décide de décoller pour les Etats-Unis. De l’autre côté de l’Atlantique elle devient Président Directeur Général de la compagnie « French Beauty Services » et gère alors les franchises Jacques Dessange. La même année, en 1998, elle lance la fondation Children of Africa avec comme marraine, la Princesse Ira Van Fürstenberg.

Comme le raconte le politologue, Pascal Roy Ema, la femme d’affaires n’a pas hésité à investir sa fortune personnelle pour défendre ses convictions. Grâce à un tel parcours, mêlant business et philanthropie, elle est repérée par la société américaine qui la choisie pour représenter la femme d’affaires de l’an 2000. Self made woman qui se tourne vers le third sector, Dominique Nouvian est une figure emblématique de la réussite au XXIème siècle…


  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »